aromatiques.com

MIOGA - GINGEMBRE JAPONAIS - GINGEMBRE MIOGA

Zingiber mioga

Le mioga est très proche du gingembre mais on peut le cultiver en pot très facilement pour consommer - ou simplement admirer - ses curieuses fleurs jaunes au ras du sol. Vivace et caduc, le mioga vous enchantera du printemps à l'automne. Il est réputé rustique sous le climat de Paris.

Pour toute commande de plantes, appelez la pépinière au 05.65.41.55.81.
POT DE 1L: 15€

FICHE DE CULTURE

Noms courants : MIOGA - GINGEMBRE JAPONAIS - GINGEMBRE MIOGA
Nom scientifique : Zingiber mioga (Roscoe).
Famille : Zingiberacées (zingiberaceae).
Origine : Asie.
Introduction : le mioga a été introduit en Europe au 19ème siècle. Il a séduit les botanistes de l'époque qui l'ont introduit dans tous les jardins botaniques.
Description : plante herbacée vivace issue d'un rhizome; elle peut atteindre 1m de haut.
Feuillage : le feuillage du mioga est lancéolé et caduc. Les grandes feuille opposées et engainantes portent une nervure centrale marquée d'où partent de très fines nervures. Les feuilles du mioga sont très légèrement odorantes au froissement.
Floraison : facile à obtenir; la floraison du mioga en serre s'étend de juin à novembre. Les épis écailleux naissent tout autour du pied, au ras du sol. Entre chaque écaille sortent les une après les autres des fleurs tubulaires d'un jaune clair très lumineux.
Fruits : néant, le mioga est stérile.
Récolte : sous nos climats, la récolte des fleurs se fait au fur et à mesure de leur apparition, en principe tant que dure la belle saison (de juin à septembre selon les régions).
Autres variétés : les zingibéracées sont nombreuses, parmi les plus connues nous cultivons le gingembre officinal, le curcuma, le zédoaire, le grand galanga, le galanga kaempferia, le gingembre van phail.
Utilisations : le principal attrait du mioga, ce sont ses inflorescences, que ce soit pour le plaisir de contempler la fleur ou pour la consommer. On l'incorpore au plat en fin de cuisson, tranchée en lamelles minces. Essayez des dés de porc et de poulet mijotés avec de l'ail et des oignons; vous faites cuire séparément des nouilles chinoises avec des "cheveux de grand-père" (vermicelle de soja). Quand la viande est bien rissolée, ajoutez les lamelles de mioga puis les nouilles et le vermicelle, c'est prêt ! C'est aussi une bonne idée de faire cuire avec les vermicelles et nouilles des lamelles de champignons parfumés (shi-take) et des champignons noirs. Le même plat peut se concevoir en soupe.
Résistance au froid - Rusticité : ce qui a séduit les botanistes acclimateurs du 19ème siècle, c'est aussi sa rusticité. L'un d'eux atteste que ses plants de mioga ont passé l'hiver particulièrement rigoureux de 1879 - 1880 ce qui ne nous renseigne guère... On peut lire de-ci de-là des affirmations sur la rusticité du mioga allant jusqu'à des température de -18 ou - 20°. Pour notre part, nous n'avons pas essayé de le cultiver dehors, tout au plus, ce que nous pouvons affirmer, c'est qu'il résiste sans souci à des gels passagers. Il convient de rester prudent et de ne tenter des expériences que si l'on a des pieds de secours au chaud.
Nature du terrain : très facile à cultiver en pot, le mioga réclame pour prospérer, des sols très légers et riches, acides et exempts de pierres pour développer correctement son rhizome. En serre, utiliser un substrat à base de terre de bruyère ou un terreau de feuilles. Pour le repiquage, il faut privilégier des pots bas et larges, les fleurs ayant tendance à éclore à la périphérie du pot.
Exposition : une exposition en plein soleil est acceptable pendant les mois les moins chauds, le mioga prospère cependant mieux s'il est protégé du soleil fort entre 11 heures et 16 heures. L'été, si la plante reste en plein cagnard, le feuillage jaunit et le mioga entre en dormance pour de longs mois. Attention surtout aux changements brusques de luminosité: toujours passer de l'ombre à la lumière progressivement.
Besoins en eau : très importants en période de végétation (d'avril à décembre sous nos climats). Cesser tout arrosage de votre mioga dès que les feuilles sont à moitié jaunes pour ne les reprendre progressivement qu'avec l'apparition des premières pousses. Veiller à utiliser une eau non calcaire.
Taille : se limite à supprimer les tiges jaunies.
Multiplication : division des rhizomes de mioga juste avant la reprise de la végétation. Diviser à la main en morceaux portant au moins un bourgeon; le rendement final sera proportionnel à la grosseur du rhizome de départ. Bien laisser sécher la cassure avant de planter.
Fertilisation : engrais plantes fleuries ou mieux, bon compost bien riche, à renouveler tous les 15 jours en période de végétation.
Ennemis : sous nos climats, le mioga n'a pas d'ennemi, ni en serre, ni en pleine terre, à part les limaces qui aiment trouer les feuilles.




Prévenez-moi lorsque le produit est disponible

Ajouter